2014-2015 : Deux synodes sur la famille. Comprendre l’enjeu à la lumière de l’enseignement de l’Église

 

« Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni » (Mt 19,6)

synode2Jésus est la plénitude de la Révélation, et il nous la transmet par l’Église. Voyons ce que Jésus dit dans l’Évangile à propos du mariage.

Un premier fait, qui ne concerne pas directement Jésus, est le martyre de Jean Baptiste. Hérode vivait avec la femme de son frère et Jean Baptiste lui en faisait le reproche. C’est pour cette raison qu’il a été décapité (Mt 14, 1-11)

On peut dire que Jean Baptiste est martyre de la vérité sur le mariage. En cela il est précurseur de Jésus, qui est venu dans le monde afin de rendre témoignage à la vérité (Jn 19, 37).

Des pharisiens demandent s’il est permis de renvoyer sa femme. Jésus rappelle la création : ”Dieu les fit homme et femme, ils seront deux en une seule chair, que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni”. Les pharisiens répondent que Moïse avait permis de répudier. Jésus dit que cette permission était due à la dureté de leur cœur.

Puis il insiste : ”Si un homme renvoie sa femme et en épouse une autre, sauf pour fornication, il est adultère” (Mt 19, 3-9))

Cet enseignement est très fort. Relevons 3 points :

Jésus confirme la volonté de Dieu au moment de la création : mariage indissoluble

Il dit que le divorce est du à la dureté du cœur.

Il dit que le divorce suivi d’un remariage est un péché d’adultère.

Il y a cette incise ”sauf pour fornication” dont le sens n’a jamais été pleinement clarifié. L’Église, guidée par l’Esprit Saint, a vu en cela une certaine possibilité d’exception, mais jamais quand il s’agit d’un mariage valide entre deux baptisés.

Juste après un jeune homme demande ce qu’il doit faire de bon pour avoir la vie éternelle. Jésus répond en lui disant d’observer les commandements : ne pas tuer, ne pas commettre d’adultère, ne pas voler… (Mt 19, 16-22)

On voit que Jésus met un lien entre le salut et la fidélité dans le mariage.

 On amène à Jésus une femme surprise en adultère. Moïse avait demandé de lapider de telles femmes ; on demande à Jésus son avis. L’épisode se conclut ainsi : Jésus dit à la femme : ”Je ne te condamne pas. Va et ne pèche plus” (Jn 8, 2-11)

Jésus est profondément miséricordieux, il pardonne : ”Je ne te condamne pas”

Mais sa miséricorde va plus loin que le pardon ; c’est une miséricorde qui transforme et donne la grâce de sortir du péché : ”Va et ne pèche plus”. Si Jésus parle ainsi, c’est qu’il en donne la force.

Jésus a un long entretien avec une Samaritaine. Celle-ci dit qu’elle n’a pas de mari. Jésus répond : ”Tu en as eu 5 et celui que tu as actuellement n’est pas ton mari”. Peu après on voit cette femme proclamer à ses compatriotes : ”Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ! Ne serait-il pas le Messie ?” (Jn 4, 6-30)

Cet épisode montre que Jésus dit la vérité : il éclaire la conscience de la samaritaine : l’homme avec lequel elle vit n’est pas son mari.Toussaint

Mais la samaritaine n’est pas écrasée par ce que lui dit Jésus. Au contraire, elle va parler de lui avec enthousiasme en proclamant qu’il est certainement le Messie ! On peut se demander d’où vient cette joie de la samaritaine. Elle vient de ce que Jésus a manifesté qu’il attendait quelque chose d’elle. Il lui a demandé ”Donne moi à boire” : il avait soif qu’elle croie en lui. Il lui avait aussi parlé de l’Esprit Saint qui lui permettrait de se tourner vers Dieu d’une façon nouvelle.

En résumé

Dans l’Évangile, Jésus affirme la vérité du mariage indissoluble et il en donne la grâce. A ceux qui ont péché, il offre sa miséricorde et transforme leur cœur.